Quand Frida Kahlo s’invite à l’atelier

Je reprends aujourd’hui le chemin de l’atelier que j’avais délaissé et le tableau commencé il y a quelques semaines.
Une envie soudaine de m’isoler et d’oublier ce qui m’entoure, et de m’oublier aussi un peu… Oui, on peut s’oublier en peignant, en vivant des heures uniquement pour ce que nos yeux et notre cœur ont envie de voir et de créer. Un moment privilégié, rare et précieux.
Le voyage intérieur se fera avec une Frida Kahlo plus mexicaine que jamais avec la vie, l’amour, la Mort, Diego Rivera qui rôde en papillon, la lune et le soleil, quelques oiseaux et la musique qu’on s’imagine, la Llorona…
Frida s’invite en force à l’atelier et sous mes pinceaux, une nouvelle fois encore. Bienvenue à toi !

Une réflexion sur « Quand Frida Kahlo s’invite à l’atelier »

  1. « Dos besos llevo en el alma, Llorona,
    Que no se apartan de mí,
    El último de mi madre, Llorona,
    Y el primero que te di. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *