Atelier du jour

Je travaille les cheveux de mon marin après avoir rajouter des petites lumières dans les vagues de sa baignoire et je l’entends me parler.

marin

– Merde !!! Toute cette flotte, qui a eu cette idée à la con ?
– C’est moi ! Bonjour !
– Ouais salut… c’est quoi l’idée ?
– Au départ c’est le choix d’un format, peu habituel et…
– Faut qu’ça tombe sur moi !
– Je pensais que les marins aimaient l’eau.
– Tu penses trop toi. Pfff… Les marins aiment l’eau ! Entendre ça… Pourquoi pas les sirènes aussi…
– Désolé d’avoir été si… terre à terre !
– Tu te laisses embarquer là. Et puis t’aurais au moins pu être plus généreux côté anatomie, regarde-moi ça l’allure ! En fait, les marins c’est un fantasme ? Le costume peut-être ? Mais tu ne trouves pas que je suis trop habillé pour être dans un bain ? J’ai chaud.
– Tu parles trop.
– Les poissons rouges autour de moi et leurs clapotis c’est rigolo mais ils me chatouillent grave !
– Tu parles trop.
– Par contre j’aime bien mes tatouages et cette phrase, là… « L’éternité c’est la mer… » j’arrive pas à lire la suite…
– … la mer mêlée au soleil.
– Voilà, c’est ça. C’est beau et ça me parle. T’as trouvé ça où ?
– « L’éternité », de Rimbaud.
– …
– Arthur Rimbaud.
– J’Connais pas ce gars. Il est marin ?
– Non, mais il a écrit « Le bateau ivre » ça pourrait peut-être t’intéresser.
– Le bateau ivre… Là, pour tout te dire, c’est moi qui suis ivre ! Pardon si je suis un peu agressif… En fait… tu me plais bien. Je sais pas… j’aime ton calme quand tu travailles, le bruit de ton trait quand tu dessines, tes gestes de peintre, ton attitude… Tu me plais quoi ! Et comme je ne sais pas comment dire ces choses là, alors j’ai bu un peu de la bière que tu m’as mise sous le nez. D’habitude je suis un tendre et je parle bien tu sais, mais là…
– …
– J’ai pas l’habitude de boire de l’alcool. Je ne bois que de l’eau, j’ose pas le dire.
– …
– J’aime l’eau. Voilà, c’est dit.
– …
– Je suis un marin qui aime l’eau. Un marin d’eau douce.
– …
– Bon allez, tu dis plus rien… Allez quoi ! J’ai échoué ? C’est le total naufrage?
Bon… alors je replonge et je te laisse bosser et puis tiens, je t’embrasse dans le cou pour finir.
– C’est intime ça !
– Pas autant que tes doigts qui m’ont peint tout entier et caresser point par point.
– Vu comme ça, c’est sûr !
– Toi et moi on est liés.
– Je crois bien.
– On s’aime non ?
– Je crois bien.
– Pour de vrai ?

C’est précisément à ce moment-là que j’ai plongé mon pinceau dans l’eau pour le rincer et que je repris mes esprits. “Pour de vrai” avait-il demandé ? Je l’ai vraiment entendu ? Je crois bien.

3 Commentaire(s)

  1. :))
    C’est beau

    Loli | Mai 25, 2018 | Répondre

  2. Bonjour Christophe, quel bonheur de te lire, et de se laisser emporter par ta poésie… il n’y a pas de frontière entre ton imaginaire et la réalité de ta toile en cours de réalisation ; tu es un marin au long cours qui sait nous embarquer dans son sillage au gré de ton voyage sur les eaux douces ou plus sinueuses de ton inspiration, mais avec toujours autant de grâce, de culture, et de beauté, oui de beauté. Un grand merci à toi, après avoir lu ces quelques lignes, ma journée ne peut qu’être belle. merci

    dentellebleue | Mai 26, 2018 | Répondre

  3. Merci Loli ! 🙂
    Et puis Dentellebleue, je suis ravi que ce texte suscite autant de belles choses en toi ! Merci.

    Christophe Renoux | Mai 28, 2018 | Répondre

Poster un Commentaire