Modigliani

Il y a cent ans jour pour jour, le 24 janvier 1920, disparaissait Amedeo Modigilani. Ses toiles ont atteint des sommets dans toutes les salles de vente du monde, et pourtant il fut pauvre, malade, alcoolique et fêtard tout à la fois. Une icône, mais une icône torturée qui a laissé de merveilleuses peintures et quelques écrits comme cette phrase là :
« D’un œil observer le monde extérieur, de l’autre regarder au fond de soi-même »

Letters to Bach

La chanteuse israëlo-américaine Noa, belle et indispensable militante pour la paix, possède un de mes tableaux qui la représente en mère et enfant, avec une colombe pour veiller sur cette maternité mais aussi sur notre monde un peu trop blessé et malmené. Surprise en regardant cette vidéo promotionnelle pour annoncer son merveilleux travail autour de Bach ! « Letters to Bach. »
Elle m’avait bien confié, après un concert, que ce tableau était en bonne place dans son salon, et bien on peut le deviner par ici, dans son cadre noir, entre elle et son guitariste Gil Dor.
Un peu ému et fier aussi…

Ouverture Galerie

Demain, premier dimanche du mois, nous serons le 5 janvier et ma galerie sera ouverte de 14 heures à 18 heures (Galerie de la Maison du Chat Perché, 114 ruelle de l’église. Village médiéval de Ternand, 69620)

Ce jour-là on fêtera Edouard et Emilienne, Sigmund, Siméon, Neil et Teddy, Euprexie, Convoïon et puis aussi Télesphore, Déogratias, Arnulphe, Phostère …
La citation du jour : « Au mois de janvier, mieux vaut voir le loup dans les champs, qu’un homme en chemise. »

Atelier du jour

En cours à l’atelier, ma sculpture d’Alice se couvre de couleurs…
Le lapin pressé est loin d’être terminé mais il court déjà à la poursuite du temps. Quelques pages déchirées du texte de Lewis Carroll, où quelques champignons ont trouvé refuge, servent de support à l’ensemble. Un travail qui sera présenté lors de la Vague des Livres à Villefranche-sur-saône dans quelques mois.

Ouverture Galerie

Ce premier dimanche du mois, nous serons le 1er décembre et ma galerie sera ouverte de 14 à 18 heures.
Il y aura une grande Frida qui vous accueillera, heureuse de revenir à la maison après deux mois d’exposition, de nouveaux petits tableaux et sachets de thé et une édition « spéciale » de mon livre « Mais quel cirque » avec une peinture originale insérée dans la reliure. Si le Père Noël est débordé cette année, il peut aussi faire confiance à La Poste, qu’on se le dise !
Ce jour-là on fêtera Florence et Florent, Florantine, Eloi et Naomi et Papinien, oui, Papinien.
Dicton du jour : « Si à la Saint Eloi tu brûles ton bois, tu auras froid pendant trois mois. »

Thé

L’heure du thé entre deux sculptures à l’atelier…
Exceptionnel thé Pu Er de 1985 venu de la Maison des Trois Thés et sa belle théière que l’on vient juste de m’offrir. Dégustation en écoutant le sublime « Solid Ground » de Mickael Kiwanuka…
Il est des moments comme ceux-là où la générosité des êtres, la perfection des choses, les trésors de diverses cultures qui se mêlent et les bonheurs d’un instant font battre le cœur un peu plus vite. Un peu plus fort.

Atelier du jour

Mes prochaines expositions sont programmées pour l’année prochaine et celles en cours se terminent doucement. Alors voilà le temps de la remise en question et d’écouter mes envies d’exploration, de changement de matière, de forme, de nouvelles histoires…
Voici les premiers essais en cours, pour comparer la peinture à l’huile à l’acrylique, jouer avec les proportions du corps humain, un travail commencé avec mes sculptures, et voir où ces chemins me mènent…
Se laisser guider… Avoir enfin du temps pour ça.

Ouverture Galerie

Ce premier dimanche du mois, nous serons le 3 novembre et ma galerie sera ouverte de 14 à 18 heures (Galerie de la Maison du Chat Perché, 114 ruelle de l’église. Village médiéval de Ternand, 69620)
Nouvel accrochage en cours…
Ce jour-là on fêtera les Hubert, Martin, Gwenaël, Vigor, Bertin, Hilaire, Papoul et Rowenta.
Dicton du jour :
« Brouillard en novembre, l’hiver sera tendre. »

Découpage

Trier, jeter, faire le vide, ranger… Et admettre que des pièces jamais finies depuis plus de 15 ans ne le seront jamais. Alors il est parfois nécessaire de détruire l’inutile et le superflu pour faire de la place dans la maison. Mais je dois reconnaitre que pour ce grand personnage en carton et papier mâché d’un mètre 90, ça m’a fait un peu drôle… Impression d’avoir assassiné quelqu’un ! Grand nettoyage à la « Léon » !
Il ne me reste plus qu’à être discret à la déchetterie pour éviter de me faire remarquer !