Atelier de la nuit

Il est né rapidement, la nuit dernière et en quelques heures. Envie de jeter rapidement sur des pages de livres anciens une esquisse un peu poussée. La peau, la lumière. La lumière sur la peau. Un regard… peu de couleurs… Aller à l’essentiel. Puis y coller « L’étranger » de Baudelaire écrit au crayon. Exercice de la nuit, noire et presque fraîche jusqu’à ce que le pinceau me tombe des mains. C’est à ce moment-là qu’il s’est achevé, là où ma nuit commençait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *