Nature

Il faudrait peut-être que je songe à enlever le lierre qui court sur ma fenêtre à grande vitesse…
Souvent il me vient à l’esprit que si l’Homme ne canalisait pas la Nature, on vivrait sans aucun doute dans une jungle abondante. En regardant les parcelles de terre tondues, taillées, cultivées et habitées, j’aime imaginer ce qu’elles deviendraient si on arrêtait de s’en occuper quelques mois ou quelques années.
L’occasion de partir dans un imaginaire végétal sans fin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *