Christopher Smith

Sur les pas de Cindy Sherman, Christopher Smith nous livre des autoportraits fascinants depuis sa chambre d’étudiant, dans une petite ville d’Afrique du sud.

« Je suis la personne la moins intéressante que je connaisse », affirme-t-il. Pourtant, le jeune homme de 22 ans passe le plus clair de son temps à se prendre en photo dans sa chambre et à les publier sur son compte Instagram, @mechrissmith. Boulimique de cinéma, de magazines de mode, il ne partage cette multitude d’autoportraits que depuis 2016, l’année de son coming out. «Les photos sont personnelles et je pense que chacune révèle une vérité sous-jacente de moi-même, et avant d’avoir fait mon coming out à ma famille et mes amis, je n’étais pas à l’aise à l’idée que les autres puissent voir ces aspects de ma personnalité. Mes fantasmes, peurs, désirs et évidemment ma sexualité font partie de ces images. C’était comme un lieu sûr, et ça l’est toujours.»

Il n’a que 15 ans quand il commence à se mettre en scène, sur son téléphone portable, dans sa chambre de Port Elizabeth. « Je sais que ça a l’air ridicule maintenant, les selfies sont partout, mais à ce moment-là, j’étais vraiment excité à l’idée de m’exprimer et de me voir comme jamais auparavant, sexy, glamour… » A 16 ans, il se munit d’un petit appareil Samsung, avec lequel il travaille toujours. Caméra posée sur un pied, retardateur de dix secondes, le fond est le mur de sa chambre ou un drap tendu, la lumière est naturelle ou celle de sa lampe de bureau. « J’essaie de masquer au mieux le fait que je n’ai pas beaucoup d’espace, donc dans la plupart des images, je pose tout en étant assis par terre. » Aucune trace d’un tel bricolage dans ces images parfaites aux ambiances hétéroclites.
Voici quelques images de ce jeune homme caméléon qui se glisse dans des rôles iconiques qu’il se plait à rejouer.

Poster un Commentaire