La superbe

amoureux
On reste Dieu merci à la merci d’une étincelle
quelque part à Paris, au fin fond du bar d’un hotel
Dès la prochaine vie se jurer de se rester fidèles
Quelle aventure, quelle aventure
La superbe…
Quelle aventure.

(Benjamin Biolay. « La superbe »)

2 réflexions au sujet de « La superbe »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.