Jacques Higelin. Monté au ciel

Après « Tombé du ciel », il y retourne, avec les étoiles pour compagnes.
Un grand poète nous quitte. Tristesse…

« Sur la terre des damnés, solitaire,
Étranger aux vérités premières énoncées par des cons,
J’avais touché le fond de la misère
Et je crie, et je pleure, et je ris au pied d’une fleur des champs,
Égaré, insouciant dans l’âme du printemps, cœur battant,
Cœur serré par la colère, par l’éphémère beauté de la vie. »
(« Tête en l’air »)
« Et dis-toi qu’il n’y a pas de plus grand malheur que de laisser mourir le rire dans ton cœur »
 

jacques-higelin

Une réflexion sur « Jacques Higelin. Monté au ciel »

  1. Tristesse partagée oui, sans être une fan, j’appréciai beaucoup ce grand escogriffe, lunaire, fantasque, libre, engagé, poète, chanteur, acteur, grande gueule, flamboyant, inclassable mais tellement indispensable. Désormais, il faudra faire sans, heureusement il nous reste ses textes et sa musique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *