Le ciel au-dessus du Louvre

audessus_du_louvre

Le ciel au dessus du Louvre fait partie d’un projet lancé en 2005 par les éditions Futuropolis et le musée du Louvre. L’idée est de donner carte blanche à un auteur pour parler du musée. Après Nicolas de Crécy, Marc-Antoine Mathieu et Eric Liberge, c’est au tour de Bernar Yslaire et de Jean-Claude Carrière de se glisser entre les murs du musée.
Ils nous plonge au cœur de la Révolution sanglante. Dans son atelier du Louvre, le peindre David pris dans ce marasme tente de répondre aux attentes de Robespierre pour créer le tableau représentant l’Etre suprême. On suit alors l’élaboration du tableau « La mort de Bara ». Carrière et Yslaire tentent de comprendre le mystère de cette œuvre. David y représente l’incarnation de la vertu pronée par Robespierre et la défense de la République jusqu’à la mort. Il peint le garçon nu, androgyne, dans une position alanguie en prenant soin de ne pas représenter la violence de la mort. Le jeune Bara sert près de son cœur une symbolique cocarde tricolore.
Côté graphique, de très beaux dessins parfois inachevés pour renforcer l’idée de recherche, avec des ombres et des lumières pour un peu plus de mystère.
Un beau livre, passionnant et qu’on a plaisir à lire même si on n’est pas adepte de bande dessinée car il s’agit bien là d’une peinture en mouvement.

louvre1

louvre2

louvre5

louvre41

Une réflexion sur « Le ciel au-dessus du Louvre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *