Camille

camille

Lettre de Camille Claudel à Rodin.

« Monsieur, ce sont des heures de travail, des heures d’interrogation, des heures où mon âme a brûlé.
Pendant que vous mangiez, rigoliez, pendant que vous vous bâfiez de la vie, j’étais seule avec ma sculpture, et c’est ma vie qui se coulait peu à peu dans cette glaise, mon sang que je laissais s’enfouir au plus profond, mon temps de vie… »

claudel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *