Drouot

J’avais une vingtaine d’années, j’adorais la peinture classique et l’étude anatomique, la mythologie… Voilà que réapparait cette aquarelle peinte à cette époque là, en vente aux enchères hier chez Drouot ! Ce n’est pas Ganymède comme indiqué mais Prométhée qui fut dévoré par un aigle. Ce tableau faisait partie d’une exposition intitulée « Les amours blessées ».
Curieuse impression, de revoir un ancien travail, fait à une époque douloureuse pour moi, assister à la vie des œuvres qui passent de main en main, d’un foyer à un autre… des œuvres qui vivent leurs vies sans nous… Qu’adviendra-t-il de celle-ci ? Sur quel mur sera-t-elle exposée ? Quels nouveaux regards se poseront sur elle ? Une fois partie, une peinture ne nous appartient plus vraiment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.