Quand Kahlo revient trop tôt

« Chassez Frida Kahlo, elle revient au galop ! »  Ça lui va si bien ! Pour la préparation de cette prochaine exposition « Empreinte chinoise », il n’est pas question de l’artiste mexicaine et pourtant elle est arrivée au bon milieu de ses consœurs asiatiques, sans crier gare… Elle sera tout de même accueillie dans un petit cadre doré.
A découvrir les 3 et 4 décembre prochains.

expo_empreinte_chinoise

Frida X 3

Je ne crois pas au hasard… Ce mardi, j’ai écrit un petit texte où j’imaginais que Frida Kahlo, que je venais de peindre, s’adressait à moi. Elle finissait par dire qu’il fallait peut-être que je l’oublie un peu et que je passe mon chemin vers d’autres inspirations. Il est vrai que la belle mexicaine me hante depuis des années ! Le lendemain, j’ai reçu des présents la concernant : une enveloppe remplie de surprises et une Frida sur tissus brodé. Et voilà qu’hier encore, un nouvel arrivage en direct du Mexique (et de Coyoacàn, où se trouve la Casa Azul de Frida K) m’arrive : Une poupée à son effigie, un magnifique jeu de carte coloré, un très beau cœur enflammé recouvert d’ex-voto et un bracelet en perles de bois !
Alors que penser de tout cela ? Frida me parle-t-elle à distance en me lançant des signaux : « Non ne m’oublies pas ! Regardes, je suis toujours là, je t’inonde de mon image, de nouvelles sources d’inspiration viennent à toi, continues à me peindre, je veux qu’on parle de moi encore…  » Evidemment j’aime cette idée là.
Non, décidément, je ne crois pas au hasard. Et je remercie encore mon « amie mexicaine préférée » pour tous ses cadeaux qui me vont droit au cœur.

frida_k_3-copie

Frida X 2

Je venais juste d’imaginer ses paroles… Et dans la même journée, voilà que la Poste me fait parvenir un paquet surprise avec une superbe broche Frida Kahlo signée Yulenka, une jolie petite tablette de chocolat colorée et un petit mot sur une carte de Nathalie Lete. Un peu plus tard une autre Frida, cousue à la main spécialement pour moi tombe dans les miennes.
Merci infiniment à vous deux, pour ces surprises, pour ces couleurs, pour cette Frida qui me poursuit, pour ces délicates intentions et vos pensées qui arrivent jusqu’à moi….

2_frida

Et Frida me dit…

frida

Et Frida qui prend vie sous mes pinceaux me regarde droit dans les yeux et me dit d’un ton sauvage :

Et voilà que je suis presque souriante sous tes doigts ! Personne ne voit mon corset métallique sous ma robe fleurie mais j’affiche le soleil autour de mon cou pour qu’il éblouisse mes nuits noires sans étoiles. Le duo de papillons qui virevoltent autour de moi en silence me rappelle mon Diego volage qui papillonne sans cesse avec légèreté malgré la lourdeur de son corps d’éléphant. L’insoutenable légèreté de l’être aimé… Et moi la colombe, femme mais encore enfant chérissant mes peluches comme les animaux qui m’entourent, j’ai du mal à trouver un équilibre sur cette terre qui tangue sous mes jambes. Ou alors c’est mon satané pied qui me joue encore des tours !
Un peu de tôle froissé en souvenir d’un bus destructeur, un peu de fer oxydé pour écrire mon nom et quelques capsules de bouteilles un peu rouillées… Ivresse du cœur.
Approche ton oreille de ma poitrine et tu entendras ce cœur qui bat, enflammé par tout l’amour que je porte à la vida et encore plus à mon homme, ninita de mi ojos.
Mon cœur bat de plus belle grâce à tes pinceaux. Mon cœur bat de plus belle… Belle. Toi qui semble m’aimer pour d’obscures raisons que tu n’imagines même pas, tu m’accompagnes en quelque sorte, comme un compagnon, fidèle toi au moins ! Depuis combien de temps au juste ? Je crois que tu n’en sais rien. Un jour tu devras tout de même passer ton chemin et me laisser en paix. Je n’ai rien demandé après tout ! Qui te dit que j’ai envie de revenir ici ?

Sommeil Rêve

Sommeil Rêve
Sommeil
Rêve
Je tombe de sommeil.

Frieducha

 

Frida aux vers

Pour faire une pause entre deux tableaux à l’atelier, je travaille sur ma terrasse à cette sculpture de Frida, qui sera peu à peu recouverte de mosaïque.
Hier, j’ai remarqué que son regard avait étrangement changé et en regardant de plus près, je m’aperçus qu’une guêpe avait pondu dans son œil droit. Une petite armée de vers sortait à présent de cette grotte idéale ! Après m’être débarrassé de toute cette famille, j’ai lavé cet œil à grande eau. Et Frida semblait pleurer…
Je pense qu’elle aurait aimé cette histoire de vers dans les yeux et peut-être en aurait-elle fait une peinture ?

mosaique_frida_kahlo

mosaique_frida_kahlo_2

mosaique_frida_kahlo_3

Atelier du jour

Quel plaisir de retrouver l’atelier et mes pinceaux un peu délaissés ces dernières semaines !
Après avoir travaillé sur le thème de la Chine me voilà de nouveau sur le territoire mexicain avec cette commande d’inspiration Frida Kahlo. C’est un montage sur bois où viendra se greffer des éléments de récup’ avec son prénom écrit en fil de fer autour d’une fleur.
A suivre…

frida_kahlo

Frida Kahlo

Je travaille ce soir sur un tableau d’inspiration Frida Kahlo. Et me reviennent en mémoire les mots de mon guide mexicain qui, dans la Casa Azul de l’artiste nous la décrivait ainsi :
« Frida Kahlo était laide, une femme au physique ingrat, elle avait de la moustache et des gros sourcils, elle peignait maladroitement et a été beaucoup aidée par son célèbre mari Diego Rivera ».
Evidemment, ça bouillonnait dedans moi et un « Quoi !!! » est sorti tout seul de ma bouche ! Regard noir du guide à mon égard…
Je n’avais pas ces photos là sur moi pour démontrer le contraire, ni ces mots si touchants de son Diego de mari :
« Je vous la recommande, non en tant qu’époux, mais comme admirateur de son œuvre, acide et tendre, dure comme l’acier, délicate et fine comme une aile de papillon, aimable comme un beau sourire, profonde et cruelle comme l’amertume de la vie ». Diego Rivera à un critique américain (1938)

frida_kahlo

frida_kahlo_1

frida_kahlo_3

frida_kahlo_4

frida_kahlo_5

frida_kahlo_6

 

 

Lettre de Frida Kahlo

30 juin 1946. Il y a exactement 70 ans, Frida Kahlo écrivait cette lettre à son (premier petit) ami Alejandro Gomez Arias. Elle avait 39 ans.
Le mélange des deux langues fait que cette lettre serait presque drôle si les mots ne décrivaient pas sa souffrance.
Frida Kahlo, ou l’art de désamorcer le terrible par le sourire.

lettre_frida_kahlo

lettre_frida_kahlo_2

Extrait de « Frida Kahlo par Frida Kahlo. Ecrits »

 

Petite Frida

C’est à l’âge de six ans que Frida est victime d’une poliomyélite. Sa jambe droite s’atrophie et son pied ne grandit plus. Il n’atteindra jamais la taille qu’il devrait avoir. C’est ce qui lui vaudra le surnom de « Frida la coja » (Frida la boiteuse) par ses camarades de classe. Il a été supposé qu’elle souffrait de spina bifida, une malformation congénitale de la colonne vertébrale, qui pourrait également avoir affecté le développement de sa jambe.

Frida Kahlo avait 5 ans sur cette première photographie datant de 1912.
Puis 6 ans sur la deuxième et enfin 12 ans sur la dernière.
La vie se dessine, la vie la transforme…

frida_Kahlo_age5_1912

frida_kahlo_age6_1913

Frida_Kahlo_June_15_1919