Catherine Monroe

1964. Pour les besoins d’un court-métrage commandé par UniFrance, Philippe Labro demande à Catherine Deneuve de jouer Marilyn.
Sa sœur, Françoise Dorléac, Mireille Darc et Marie Dubois font partie de l’aventure. Ce « 4 x D », petit trésor retrouvé par hasard, sera présenté à Rome dans le cadre du Rendez-vous avec le nouveau cinéma français, organisé par UniFrance et 6 au 10 avril.
La marraine de cette manifestation sera… Chiara Mastroianni.

catherine_deneuve_marilyn_1964_2

catherine_deneuve_marilyn_1964

Keaton dans les étoiles

Voilà 50 ans que l’homme qui ne riait jamais a rejoint le ciel en clown lunaire impassible, à l’aide de ses ailes, en échelle ou en locomotive. A-t-il trouvé le sourire tout là haut, parce que sa vie y est soudain plus belle ? Peut-être que c’est lui qui fait le zouave avec les étoiles en les éclairant chaque soir et en les éteignant chaque matin pour nous faire croire qu’il y a des jours et des nuits. Le mécano du ciel pas banal…

buster_keaton

 

« Une histoire d’âme ». Extrait aquatique

Extrait du film « Une histoire d’âme », un monologue écrit par Ingmar Bergman où Sophie Marceau arrive à rendre le texte un peu moins lourd que sur le papier… Il y a dans ce film une très belle séquence aquatique et silencieuse qui faisait grand bien. La revoir, même hors de son contexte reste un moment calme et apaisant, une belle parenthèse où l’actrice n’est plus suspendue à son texte mais en apesanteur dans le bleu de l’eau, bien loin de ses bleus de l’âme…

Bowie + Deneuve

Bowie + Deneuve. Beaux oui !
Tournage vampirique du film « Les prédateurs » de Tony Scott, sorti en 1983.

bowie_deneuve

Et cette même année, Adjani chantait Gainsbourg :

Mâle au féminin
Légèrement fêlé
Un peu trop félin
Tu sais que tu es

Beau oui comme Bowie

Un peu d’Oscar Wilde
Un peu Dorian Gray
Quelques lueurs froides
Et un air glacé

Beau oui comme Bowie

Entre le physique
Et le figuré
C’est comme la musique
Suffit de balancer

Beau oui comme Bowie

Tout ce que tu as
C’est tout ce que je hais
Bien trop sûr de toi
Tu sais que tu es

Beau oui comme Bowie

Serge Gainsbourg, 1983

Les félins

Les regards, la position des bras et des mains, les corps, recto et verso… Instant volé au cours d’une soirée.
Alain Delon et Sacha Distel au Lido, Paris. 1959.
On aperçoit Romy Schneider, assise juste en face de Delon. Ils venaient de terminer le tournage de « Christine » et s’étaient fiancés. Pour lui, c’était juste avant « Plein soleil » et « Rocco et ses frères ». Distel cette année là chantait une histoire de « Scoubidous », de pommes et de poires…
Instant volé. Très court instant.

delon_distel

« Mémoires pour Simone »

Le superbe hommage du grand cinéaste Chris Marker à la grande actrice Simone Signoret, deux personnalités « engagées » reliées par le fil d’une mémoire à partager. Un documentaire rare, réalisé à partir d’extraits de films, d’interviews, et de passages du livre de la comédienne, « La nostalgie n’est plus ce qu’elle était », lus par François Périer.
Pour revoir encore pour quelques jours ce magnifique reportage c’est  ICI

TVGE6821-1441971313700

« Mémoire des lieux. Une salle de projection dans la grande maison d’Autheuil, département de l’Eure : des bobines, des cassettes, des photos, des placards. Ce que l’on vous propose ici, ce n’est pas la vie de Simone, elle l’a racontée mieux que personne dans La nostalgie n’est plus ce qu’elle était, ce n’est pas sa carrière, d’excellentes émissions de télévision y ont pourvu, c’est le contenu d’un placard, des petits bouts de mémoire en vrac, un voyage à travers les images qu’elle gardait », nous avertit Chris Marker au début de ce portrait. Ami et témoin privilégié de la vie de Simone Signoret, parce que leurs chemins n’ont jamais cessé de se croiser depuis qu’ils se sont rencontrés au lycée Pasteur, à Neuilly-sur-Seine, Chris Marker fera, à la demande de Gilles Jacob, pour le 39e Festival de Cannes, le plus beau des films en hommage à celle qui disait avoir la nostalgie de la mémoire non partagée. Réalisé dans l’urgence et en dehors de tout cadre juridique, Mémoires pour Simone est resté inexploité depuis près de trente ans.
Un film rare
Dans Mémoires pour Simone, film présenté hors compétition au Festival de Cannes 1986, Chris Marker rend un hommage émouvant à son amie Simone Signoret en entremêlant, avec le talent qui lui est propre, des extraits de films, d’émissions de télévision et d’interviews, et des passages du livre de la comédienne, La nostalgie n’est plus ce qu’elle était, lus par François Périer.

 

Marilyn Monroe. Été 62

Marilyn+Monroe+George+Barris

13 juillet 1962. Plage de Santa Monica. Derniers jours de la séance de Marilyn Monroe avec George Barris pour le magazine Cosmopolitan.
Marilyn confira au photographe : « C’est vraiment moi, avec même mes tâches de rousseur. La « vraie » moi. »
Elle disparaitra quelques jours plus tard, avant même la fin de l’été.

marilyn_monroe_1962_2

marilyn_monroe_1962

marilyn_monroe_1962_3

© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand. 

Voici une rare vidéo amateur prise lors de cette séance photo…

JR. « Les Bosquets »

L’artiste JR réalisateur…
Le film Les Bosquets mène le public dans un lieu où l’art et le pouvoir de l’image s’entremêlent. Basé sur l’histoire de Ladj Ly et la performance du ballet Les Bosquets de New York City Ballet (2014) inspirés par les émeutes dans les banlieues en 2005, JR révèle son expérience dans le ghetto de Montfermeil où il crée son premier projet, Portrait d’une génération. Ce film est une continuation de ce projet de 10 ans, pour laquelle il utilise divers moyens d’expression : vidéo archives, chorégraphie et témoignage. Ce court-métrage sera présenté exclusivement en galeries et expositions dans les musées.

L’heure du thé

Grace Kelly_Alfred_Hitchcock_Edward_Quinn_1954

Grace Kelly et Alfred Hitchcock durant le tournage de La main au collet. On voit le grand soin que porte le cinéaste à sa blonde préférée, en improvisant de façon si délicate la pause à l’heure du thé. Napperon sur herbe et service complet, it’s so chic ! Comme il se doit pour un britannique, poli, courtois et attentionné.
(Photographie d’Edward Quinn. 1954)