Category: Cinéma

Marcher sous la pluie…. »

… et quand les larmes se confondent avec l’eau du ciel.

tumblr_ote3h4Ul7W1tefi5fo1_400

Jeanne Moreau dans « Ascenseur pour l’échafaud »

Jeanne Moreau (23 janvier 1928 / 31 juillet 2017) »

jeanne_moreau

jeanne_moreau_2

Jeanne Moreau vient de quitter le tourbillon de la vie… Les amants, Les liaisons dangereuses, Jules et Jim, Les valseuses, La baie des anges, Ascenseur pour l’échafaud, Eva, La mariée était en noir….. Il y a tant de chefs-d’œuvres qui resteront à voir et revoir, encore… Sans compter la chanson ! Le tourbillon de la vie…

Lettre à Isabelle »

Dans cette lettre, Gérard Depardieu s’adresse à Isabelle Adjani et parle des prémices du chef-d’œuvre réalisé par Bruno Nuytten, Camille Claudel, mais aussi du rôle de l’acteur, de l’incarnation d’un personnage qui hante et bouleverse celui qui lui a prêté son enveloppe charnelle pour finalement l’abandonner et lui laisser une sensation de grand vide.

depardieu_adjani

Ma chère Isabelle,

J’ai rasé ma barbe ce matin. Maintenant, il faut que je maigrisse. Tu vois, Rodin s’éloigne… Au sens propre, je me désincarne. Je me sens vide, vidé. Dans cet état de désœuvrement, d’entre-deux rôles, je risque tout. Je m’accroche à l’idée de perdre du poids, d’être prêt pour le prochain film. Rodin s’est défendu pied à pied, pendant plusieurs jours, avant de vaciller sur son socle. Je vacille…

Comme ces chevaliers du Moyen Age roulant sous la table le soir d’un tournoi, j’ai besoin d’une ripaille flamboyante, d’une cuite salvatrice. Il me faut cette violence, cette déflagration, je m’éclate, je m’émiette. Oui, c’est le mot, je m’émiette.

Toi, Isabelle, tu es une guerrière, toujours en éveil, prête à recevoir l’ennemi. Tu as régné sur le tournage de Camille Claudel. Tu portais depuis longtemps ce film en toi. Je tournais encore Sous le soleil de Satan quand tu es venue m’en parler pour la première fois. Tu es entrée sans prévenir dans cette auberge d’un autre temps. Il émanait de toi quelque chose de surnaturel, d’impalpable, une sorte d’énergie spirituelle. On devinait en toi une énergie farouche, indomptable, presque anthropophage ! Tu étais venue derrière tes grandes lunettes noires me proposer d’être Rodin. À ce moment, le compteur de la ville de Montreuil a explosé ! Nous avons continué notre conversation à la bougie. C’était une rencontre magique. Notre deuxième rencontre.

J’ai envie d’avoir ta force, Isabelle, de te ressembler, si forte malgré tes attaches fines. Tu es une femme préhistorique, riche de ses grands instincts quand l’homme amputé, coupé de son animalité est un bipède moribond, malade de l’humanité. Si Rodin a pu vivre, sculpter, c’est en s’alimentant des forces vives de Camille, ne lui laissant en partage de leur passion que la folie, un amour épuisé.

Tu vois Isabelle, j’ai rasé ma barbe ce matin, et j’ai du mal à m’en remettre.

(Gérard Depardieu. « Les lettres volées », 1988. Lattès)

« Celui qui a deux âmes » »

« Celui qui a deux âmes », un court métrage d’animation qui a reçu un César, bien mérité. Le dessin est beau, l’histoire universelle…
On l’appelait Celui qui a deux âmes. Il était beau comme une femme, et il était beau comme un homme. Sensible comme une femme, et fort comme un homme. Habile, précis comme une femme, et agile, précis comme un homme. Il hésitait… Et bientôt s’est posée la question du choix : un partenaire ou une partenaire ? Question que Celui qui a deux âmes a décidé de ne pas trancher. Jusqu’à ce jour de printemps…

Smile »

579627e35c3ee3011fee3a6662bf3950c6bf67b6

« Plongeons » »

Voici un documentaire court (16 minutes 12) sur le thème du vertige, de la peur et de la peur vaincue, signé par Maximilien Van Aertryck et Axel Danielson.

Une piscine. Un plongeoir de 10 mètres. Une caméra orientée vers le tremplin. Le son est réglé pour que le spectateur entende ce qui se passe là-haut. Hommes ou femmes se prêtent à l’expérience.
Il y a ceux qui sont seuls, ceux qui montent à deux, ceux qui s’avancent jusqu’au bord du tremplin et ceux qui ne s’approchent pas, ceux qui regardent en bas, ceux qui crient au moment de sauter et ceux qui restent muets, mais tous ont hésité à faire ce grand saut. Alors, qu’est-ce qui les pousse à sauter ? Que représente la hauteur ? Sauter, faire demi-tour ou redescendre, qu’est-ce qui demande le plus de courage ?
Expérience unique où le résultat n’est jamais prévisible. Etonnant.

Via con me »

Via, via, vieni via di qui… La chanson de Paolo Conte en trois scènes cinématographiques, à l’heure du thé et d’un pas léger.
Bon dimanche à vous !

Alors on danse ! »

Voici 66 scènes tirées de célèbres comédies musicales réunies ici pour une danse endiablée ! 4 minutes 52 de bonheur. Jouissif !
Alors on danse…

31 »

Que cette dernière journée de l’année soit colorée, festive, avec un petit grain de folie douce !
En attendant la prochaine année qui pointe le bout de son nez.

marilyn-clara-bow-richard-avedon-1

marilyn-monroe-clara-bow-richard-adevon

marilyn-monroe-clara-bow-richard-adevon-2

Marilyn Monroe en Clara Bow, photographiée par Richard Avedon. 1958. Life Magazine.

Furtive rencontre »

tumblr_o94l2mv3Ft1sex7veo1_400

Et Brando pose… »

tumblr_luw44iu0ex1qg30kdo1_1280

Icône »

jeanne_moreau_1

jeanne_moreau_2

jeanne_moreau_3

jeanne_moreau_baie _des_anges_4

Prod DB ©ÊParis Film Prod. / Interopa Film Rome / DR EVA (EVA) de Joseph Losey 1962 FRA/ITA d'aprs le roman de James Hadley Chase avec Jeanne Moreau femme nue, bain

JEANNE MOREAU

jeanne_moreau_9

Prod DB © Albatros - Gaumont - Opera Film / DR QUERELLE (QUERELLE / QUERELLE, EIN PAKT MIT DEM TEUFEL) de Rainer Werner Fassbinder 1982 FRA / ALL avec Jeanne Moreau tarot divinatoire, voyante d'apres le roman de Jean Genet

Prod DB © Films Alain Sarde / DR CET AMOUR-LË (CET AMOUR LA) de Josee Dayan 2001 FRA avec Aymeric Demarigny et Jeanne Moreau marguerite duras, d'apres le roman de Yann Andrea

jeanne-moreau-10

Anniversaire »

Marilyn Monroe aurait eu 90 ans aujourd’hui…

marilyn_monroe_anniversaire

Jeu de lit »

giphy

« Dans Paris » de Christophe Honoré.

Catherine Monroe »

1964. Pour les besoins d’un court-métrage commandé par UniFrance, Philippe Labro demande à Catherine Deneuve de jouer Marilyn.
Sa sœur, Françoise Dorléac, Mireille Darc et Marie Dubois font partie de l’aventure. Ce « 4 x D », petit trésor retrouvé par hasard, sera présenté à Rome dans le cadre du Rendez-vous avec le nouveau cinéma français, organisé par UniFrance et 6 au 10 avril.
La marraine de cette manifestation sera… Chiara Mastroianni.

catherine_deneuve_marilyn_1964_2

catherine_deneuve_marilyn_1964

Keaton dans les étoiles »

Voilà 50 ans que l’homme qui ne riait jamais a rejoint le ciel en clown lunaire impassible, à l’aide de ses ailes, en échelle ou en locomotive. A-t-il trouvé le sourire tout là haut, parce que sa vie y est soudain plus belle ? Peut-être que c’est lui qui fait le zouave avec les étoiles en les éclairant chaque soir et en les éteignant chaque matin pour nous faire croire qu’il y a des jours et des nuits. Le mécano du ciel pas banal…

buster_keaton

 

« Une histoire d’âme ». Extrait aquatique »

Extrait du film « Une histoire d’âme », un monologue écrit par Ingmar Bergman où Sophie Marceau arrive à rendre le texte un peu moins lourd que sur le papier… Il y a dans ce film une très belle séquence aquatique et silencieuse qui faisait grand bien. La revoir, même hors de son contexte reste un moment calme et apaisant, une belle parenthèse où l’actrice n’est plus suspendue à son texte mais en apesanteur dans le bleu de l’eau, bien loin de ses bleus de l’âme…

Celui qui ne savait pas sourire »

giphy

Buster Keaton

Bowie + Deneuve »

Bowie + Deneuve. Beaux oui !
Tournage vampirique du film « Les prédateurs » de Tony Scott, sorti en 1983.

bowie_deneuve

Et cette même année, Adjani chantait Gainsbourg :

Mâle au féminin
Légèrement fêlé
Un peu trop félin
Tu sais que tu es

Beau oui comme Bowie

Un peu d’Oscar Wilde
Un peu Dorian Gray
Quelques lueurs froides
Et un air glacé

Beau oui comme Bowie

Entre le physique
Et le figuré
C’est comme la musique
Suffit de balancer

Beau oui comme Bowie

Tout ce que tu as
C’est tout ce que je hais
Bien trop sûr de toi
Tu sais que tu es

Beau oui comme Bowie

Serge Gainsbourg, 1983

Blow up. Le peintre au cinéma »