Paula Modersohn-Becker. Autoportraits

Paula Modersohn-Becker (1876 – 1907), peintre allemande la plus précoce du mouvement expressionniste dans son pays. Elle rejoignit les artistes indépendants réunis dans le village de Worpswede près de Brême, qui prônaient un retour à la nature et aux valeurs simples de la paysannerie, et y épousa le peintre Otto Modersohn. Le manque d’audace de ces artistes la poussa rapidement à s’ouvrir aux inspirations extérieures et à effectuer des séjours réguliers à Paris auprès de l’avant-garde artistique.
Comme à cette époque les femmes n’avaient pas accès aux Beaux-Arts, elle suivit une formation auprès de l’Association des Artistes berlinoises, en 1896. Elle appréciait les peintres de la Renaissance allemande et italienne, en particulier Dûrer, Cranach, Holbein l’Ancien, le Titien, Botticelli et Léonard de Vinci. Son propre style tendait de plus en plus à la simplification des formes et des couleurs.
Arrivée à Paris le 31 décembre 1900, elle fut fascinée par l’œuvre de Paul Cézanne, alors inconnu, et fut la première artiste allemande à avoir perçu le talent révolutionnaire du peintre. Elle se lia d’amitié avec le poète Rainer Maria Rilke qui épousa son amie Clara Westhoff à laquelle elle écrira :  » Cézanne est l’un des trois ou quatre grandes maîtres qui eurent sur moi l’effet d’une tempête « .
Durant les quatorze années durant lesquelles elle exerça son art, elle réalisera 750 toiles, 13 estampes et environ un millier de dessins. Son style se nourrit d’influences multiples comme l’impressionnisme de Cézanne, Van Gogh ou Gauguin, le cubisme de Picasso, le fauvisme et le mouvement Nabi, l’art japonais ou la Renaissance allemande. Elle inaugura l’autoportrait entièrement nu allant à l’encontre des conventions artistiques de l’époque. Elle travailla également les natures mortes, les paysages, les portraits d’adultes ou d’enfant évoquant la vie paysanne. Elle a suivi le chemin qui menait vers l’art contemporain pour aller à la recherche de l’essence même des choses mais se heurtera à une incompréhension générale. Elle mourut à 31 ans des suites d’un accouchement. On connait peu cette artiste, à part dans les pays germanophones. Il existe un Musée Paula Modersohn-Becker où l’on peut découvrir son travail, à Brême.
A sa mort Rainer Maria Rilke lui rendra hommage dans  » Requiem pour une amie « .

Autoportrait. 1906

 

« Autoportrait à mon 6eme anniversaire de mariage. » 1906

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *